Tous ensemble pour construire un monde juste et solidaire ! Contre-sommet Africain au G8 - 7ieme édition
 
Koulikoro 2008
Revue de la Presse

Jeunesse Emploi Migration

THEME : Jeunesse Emploi Migration


Par Bourama BAGAYOKO


PLAN DE COMMUNICATION

I - Les fondements de la Jeunesse

I I- Rapport Jeunesse - Emploi

III- Rapport Jeunesse –Migration

IV - Conclusion / Suggestions


I - LES FONDEMENTS DE LA JEUNESSE

La jeunesse partie intégrante de la vie de l’homme se situant entre l’enfance et l’âge mûr soit sensiblement entre (18- 45) ans est un état dans lequel l’individu qui s’y trouve épouse instinctivement un caractère de changement social, par rapport a son stade précédent (enfance).
Ce stade de changement social tant considérable chez l’individu se caractérise le plus souvent par la dépersonnalisation, lui conduisant à des réactions impulsives, voir même des comportements irresponsables , a peine a en croire en lui une perte de connaissance des règles de conduite et les objectifs de la vie sociale , au sein des familles , des groupes communautaires, des entreprises, au sein des divers d’ordres d’enseignement , bref au niveau de la société civile .
Les réactions impulsives des jeunes, qui résultent du comportement de l’instinct, fait partie intégrante du fondement de la jeunesse et comprend entre autre les axes suivants :

1 - La culture ;
2 - Le besoin ;
3 - L’engagement ;
4 - La réussite/ la mobilisation sociale.

1 - La culture

La culture constitue un élément du fondement de la jeunesse, elle peut se présenter comme une éducation innée ou un ensemble acquise, une civilisation par rapport à une société, une communauté, une nation.
Elle est cependant une éducation qui confère un savoir faire et un savoir être.

La culture dispose d’un acquit pluridimensionnel qui permet de déterminer le comportement d’un individu par rapport à ses besoins, ses désirs et loisirs de même que par rapport à sa communauté, ou sa société.

Bref la culture en tant que premier pilier du fondement de la jeunesse doit être considérée comme source d’interprétation des critères de discernement de l’emploi, et peut beaucoup influencer le comportement des jeunes en la matière, (comportement négatif ou positif) surtout dans le domaine de l’entreprenariat.

Toute fois, mettre en place un projet de développement des jeunes tout en occultant la culture, c’est exclure une partie de la jeunesse de ce milieu à la production des richesses, d’ou réduction de la base économique de survie, source de vulnérabilisassions grandissante des jeunes concernés, qui ne participeront pas à la production. Occulter la culture du programme de développement des jeunes, peut conduire au caractère culturelle de l’organisation des groupes de résistances et des luttes de classes sociales, voir même des conflits.
Cette situation pouvant se traduire par un renforcement de la solidarité au sein des groupes, soutenus par des motivations subjectives dues à l’ensemble des valeurs et histoires qui peuvent renforcer les groupes.
Par conséquent les différents projets d’emploi (APEJ - Emploi – Jeunes - Bureaux privés pour emploi etc.), doivent tenir compte de l’aspect culturel, dans leur s politiques d’emploi, pour une plus grande efficacité et de réussite dans les actions à entreprendre.

2 Le besoin

Le besoin constitue le deuxième élément sur lequel se fonde les objectifs de la jeunesse.
IL se manifeste comme une nécessité un manque une chose nécessaire qui dans le domaine de l’emploi jeune correspond à un concept généralement utilisé non seulement comme source de conception, d’élaboration des projets et programmes de développement ou d’emploi, mais aussi comme facteur essentiel de réalisation des objectifs des dits programmes ou projets.
Dans tous les cas, le besoin se situe au niveau de l’interaction entre l’homme et son environnement, d’où il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories :

- Les besoins primaires
- Les besoins secondaires
- Les besoins fondamentaux.

Cependant ces besoins sont subjectives et dépendent des individus et du contexte social, ex : besoin d’équipement, d’éducation surveillée ; de création d’un cabinet médical, d’un centre de couture mixte etc.
En somme dans le cadre de la politique d’emploi, le besoin doit être formulé en termes de ressources, liées à la société, tandis que les envies des jeunes peuvent être transformées en besoin pour la résolution de leur problème d’emploi.

3 L’engagement

L’engagement dans le cadre de l’emploi jeune peut être considéré comme le (4è) quatrième piler du processus de changement social chez les jeunes qui comporte entre autre :
- La prise de conscience ;
- La prise de décision ;
- La volonté politique ;
- L’engagement politique.

L’engagement est une action indispensable pour le développement qui est à la fois ‘’une combinaison des changements mentaux et sociaux d’une population qui la rendent apte a faire croître cumulativement et durablement son produit réel global ‘’
L’engagement pouvant être considéré comme le socle du développement, nous pouvons alors affirmer :

- QU’il n’y a pas de développement sans prise de conscience ;
- QU’il n’y a pas de prise de conscience sans prise de décision ;
- QU’il n’y a pas de prise de décision sans volonté politique ;
- QU’il n’y a pas de volonté politique sans engagement politique.

4 La Réussite /Mobilisation SOCIALE

Elle est le résultat favorable obtenu à partir d’une action d’une activité menée.

Cependant la réussite des activités d’une jeunesse à partir des projets ou programmes de développement est en grande partie soutenue par la Mobilisation des intéressés aux activités ciblées en tant que processus de participation, de contribution, soit de manière physique, intellectuelle, financière ou matérielle, dans la réussite des objectifs fixés.

La jeunesse doit se remobiliser et participer aux processus de développement du pays, par la résolution de son propre problème, tout en prenant des initiatives, des risques de transformer le potentiel des problèmes posés en objectifs.

II - RAPPORT JEUNESSE EMPLOI

L’emploi étant l’usage que l’on fit d’une chose, d’un travail et d’une fonction et d’une place, il constitue un besoin fondamentale de la jeunesse qui doit être formulée en terme de ressources liées à la société dans laquelle elle se trouve.
Le rapport jeunesse emploi est relationnel et doit tenir compte des axes de fondement de la jeunesse a savoir :

- La culture ;
- Le besoin ;
- L’engagement ;
- La réussite/la mobilisation.

Selon les experts de travail social, // Mieux vaut faire connaître à un chômeur les raisons de son chômage plutôt que de lui chercher un emploi.//
Cette connaissance permettrait ainsi au chômeur de chercher a éradiquer le problème central afin de le résoudre une fois pour toute.

III - RAPPORT JEUNESSE - MIGRATION

La migration qualifie le déplacement en masse d’un peuple d’un pays dans un autre pays.
Elle qualifie aussi le déplacement périodique des animaux dans un pays à haute potentialité d’élevage extensive, dominé par le nomadisme à outrance.

La migration actuelle des jeunes est un héritage issu des ancêtres, mais elle se situe dans un contexte socio économique de lutte contre la pauvreté, et apparaît comme une stratégie en la matière.
Ce faisant la migration dans les d’Afrique, particulièrement au Mali connaît un flux migratoire vers l’Europe.

Au Mali la diaspora compte à l’extérieur 400000 personnes dont 100 .000 sensiblement en France :
En terme d’avantage, la répercutions pour les pays africains est importante en matière de finance et de transport, mais regrettable par la fuite des cerveaux.
En terme d’inconvenant, l’on constate des pertes inestimables en vie humaines dans le désert, aux îles Canaris, dans les océans indiens, atlantiques, ou Méditerranée.

L’arrivée des flux migratoires illégaux, suscite des sentiments xénophobes et racistes dans les pays destinataires, surtout pour les ressortissants des pays africains.
Ce flux migratoire pose d’énormes problèmes tant aux pays d’origines qu’aux pays d’accueil, si l’on de note annuellement un départ massif du continent, 800.000personnes qualifiées dont 23000 professionnelles.
Les ambitions de cette jeunesse migrantes sont souvent vouées à l’échec suite aux difficultés de départ et de séjour dans les pays d’accueil.

IV - CONCLUSION / SUGGESTION :

La migration étant un fait incontestablement difficile à stopper et liée à la pauvreté grandissante, la seule solution de riposte serait :

- D’une part la recherche des solutions durables aux problèmes
D’emploi ;

-  D’autre part la formation d’une main d’œuvre qualifiée ; ainsi que la
Révision du cursus de formation dans les établissements
D’enseignement de tous ordre, action pouvant contribuer
Positivement à la réussite de la politique de l’emploi au Mali et
Réduire le flux de migration
- La multiplication des centres de formations professionnels et l’amélioration du système de formation.

 


Forum des Peuples 2008 - Koulikoro, Mali.
Coalitions des Alternatives Dette et Développement (CAD-Mali)

Contact : contact ATr forumdespeuples.org