Tous ensemble pour construire un monde juste et solidaire ! Contre-sommet Africain au G8 - 7ieme édition
 
Koulikoro 2008
Revue de la Presse

Rôle et place de la jeunesse dans la consolidation de la démocratie du Mali

THEME :ROLE ET PLACE DE LA JEUNESSE DANS LA CONSOLIDATION DE LA DEMOCRATIE DU MALI


Par Bassidy DIABATE
Chargé de la vie Associative du Conseil National de la Jeunesse du Mali
Téléphone : (00223) 6444303
Email : diabateb2001 CUW yahoo.fr


A) QU’EST CE QUE LA JEUNESSE ?

La Jeunesse, trait d’union entre les générations ;
La Jeunesse, une alternative crédible ;
La Jeunesse, fer de lance de la démocratie malienne ;
La Jeunesse, un bastion fort qui exige l’image qu’elle veut du Mali : Un Mali Démocratique, doit se réveiller pour sa consolidation.

Cette prise de conscience et le combat qui nécessite ne sont point l’affaire de la Jeunesse à elle seule, mais à l’ensemble des forces et acteurs qui se sont assignés comme mission :
« Bâtir un Mali Uni, Prospère et Démocratique ».

Le processus de démocratisation enclenché depuis Mars 1991 a été une opportunité pour l’amélioration d’ « un mieux vivre ensemble » dans notre pays. La décentralisation a consisté elle aussi à approcher le citoyen de sa communauté afin de mieux participer au développement de son milieu. Ainsi, en l’espace d’une décennie, la démocratie et la décentralisation ont ouvert une ère d’expression des libertés et des droits ; mais elles ont tout de même permis à la jeunesse malienne de mûrir et de multiplier les initiatives en vue de sa plus grande participation au processus de gestion et de développement national.

Ceci a conduit à un usage plus accru, par les jeunes du Mali, de leurs droits de citoyenneté s’étant manifesté enfin par la création d’une multitude d’associations de jeunesse à vocation de développement.

En effet, la participation de la jeunesse malienne à la consolidation de la démocratique est symptomatique de deux (2) avantages majeurs pour elle, à savoir :

• En tant qu’électrice, la jeunesse contribue au développement communal en oeuvrant pour la tenue d’élections libres et transparentes qui aboutissent au choix d’hommes et de femmes honnêtes et responsables, donc capables de faire opérer les mécanismes d’une bonne gouvernance. Ceci symbolise son rôle d’alerte et de veille (Suivi et supervision) dans le processus électoral ;

• En tant que citoyens éligibles, les jeunes du Mali constituent une masse critique indiquée à instaurer un exercice de démocratie participative au sein de la cité. Car pendant longtemps instrumentalisée, la jeunesse n’a servi que de moteur de campagne à de politiciens véreux insoucieux du devenir de leurs communautés et de leur pays. Utilisée comme telle, elle parait comme une caisse de résonance, au lieu d’assurer sa vraie fonction d’acteur dans le processus de consolidation des actes démocratiques, gages du progrès social et économique et créateur de croissance pour le développement.

De ce fait, les jeunes sont une frange sociale dynamique capables de faire opérer des changements positifs ; Ils sont aussi de véritables acteurs de la transformation de la conscience sociale en une forme de conscience politique dynamique apte à susciter un meilleur fonctionnement de reformes profitables à la mise en place d’institutions saines et fiables, garantissant le fonctionnement d’une démocratie nationale indiquée pour les citoyens du Mali.

B) APPEL AUX AUTORITES POLITIQUES

  • Cette Jeunesse ne doit plus servir d’instrument anachronique de conquête du pouvoir ;
  • Cette Jeunesse ne mérite non plus une école malienne comme celle d’aujourd’hui ;
  • Cette jeunesse ne doit plus que jamais être contrainte à l’immigration : Une contrainte due non seulement à une mauvaise gouvernance (corruption, délinquance financière, impunité…), mais et surtout à une mauvaise définition de la politique d’emploi au Mali ; Qui met l’accent sur des aspects sécuritaires et cousinage en lieu et place du développement du Mali.

C) APPEL AUX ORGANISATIONS DE JEUNESSE

La jeunesse du Mali,

Considérant l’état de sa participation aux récentes échéances électorales (Présidentielle d’avril et législatives de juillet 2007), se réjouit de sa très forte présence sur les listes de candidatures des partis politiques et des candidats indépendants. Ceci, incontestablement, constitue une avancée significative qui se trouve aujourd’hui renforcée par l’implication de cette même jeunesse au processus du MAEP (Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs) et de la relecture des textes fondamentaux du Mali, des exercices de portés hautement démocratique dont font preuve les plus hautes autorités nationales.

Considérant que les prochaines élections communales de 2009 constituent un enjeu de consolidation de la démocratie pour le Mali

Considérant que la mise en œuvre du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP), est une opportunité que doit saisir la Jeunesse étant donné qu’elle représente dans l’histoire des réformes politiques, économiques du Mali, un moyen sûr de s’orienter vers la consolidation de la démocratie et la promotion de l’intégration africaine.

Nous invitons la jeunesse du Mali à :

-  Se doter de courage et d’initiatives pour incarner un projet qui puisse à la fois entraîner, dynamiser et rassembler cette frange de la société Malienne, afin de lui permettre de participer aux processus de consolidation de la démocratie et de la décentralisation pour un Mali économiquement prospère.

-  Participer activement au processus de construction nationale selon les moyens et principes qui excluent son instrumentalisation et qui favorisent et orientent son action dans le sens du progrès social.

 


Forum des Peuples 2008 - Koulikoro, Mali.
Coalitions des Alternatives Dette et Développement (CAD-Mali)

Contact : contact ATr forumdespeuples.org