Tous ensemble pour construire un monde juste et solidaire ! Contre-sommet Africain au G8 - 7ieme édition
 
Koulikoro 2008
Revue de la Presse

Communication Chaire Unesco Côte d’Ivoire au Forum Social des Peuples

Thème : Usage sécurisé des pesticides


N’ggesso Eléonore Désirée
00 225 01 10 00 86


Introduction

Face aux besoins croissants des populations et la concurrence de la synthèse des biocarburants, le monde agricole a adopté des facteurs de production moderne. Cependant, ceci n’est pas sans danger vu que la mauvaise utilisation de ces facteurs de production porte préjudice à l’environnement et à la santé de l’homme.
En effet, les pesticides utilisés dans la protection des cultures sont rarement très sélectifs et sont pour la plupart très toxiques pour l’homme et pour les autres organismes. Ainsi un usage non raisonné des pesticides peut causer un important déséquilibre sur l’écosystème. Il se pose donc la problématique de l’usage raisonné ou de l’usage sécurisé des pesticides afin de mettre l’ensemble de la population au même niveau d’information. Surtout dans nos pays en voie de développement où peu d’intérêt est donné jusqu’à présent à la protection du cadre de vie, des opérateurs et des populations en général.

De prime abord, nous présentons les techniques de lutte

∑ Contrôle sanitaire ou surveillance sanitaire

∑ Contrôle spéciaux
`
∑ Traitements curatifs

∑ Contrôle d’efficacité

∑ Traitements préventifs

Les techniques de lutte

* la lutte préventive

Elle consiste à assurer à la plante les meilleures conditions de développement afin qu’elle acquiert les moyens de résister aux différentes agressions parasitaires au cours de son cycle.

*lutte curative

Elle consiste à lutter contre les ravageurs des ennemis des cultures au dessus d’un seuil de nuisibilité marqué.

La surveillance phytosanitaire

Elle permet de surveiller la présence et l’évolution de la population des ravageurs de son impact sur les cultures

Les contrôles spéciaux

Ils sont effectués en cas d’infestation massive (dépassement du seuil de nuisibilité) afin d’agir au bon moment, au bon stade de développement des ennemis.

∑ Lutte chimique : utilisation des pesticides selon leurs spécialités en fonction du parasite

∑ Lutte biologique : utilisation des entomopathogènes non nuisibles pour lutter contre certains ennemis.

∑ Lutte intégrée : c’est l’ensemble des mesures préventives ou curatives utilisées pour neutraliser les ennemis ou tout au moins les contenir à un niveau économiquement acceptable.

∑ Les contrôles d’efficacité : Ils consistent à effectuer un sondage de la population résiduelle des ravageurs quelques temps après le traitement (deux semaines en général).

De toutes les luttes, la plus employée est la lutte chimique qui permet de couvrir en un temps record les grandes superficies.
Malheureusement, la manipulation des pesticides qu’elle implique expose les opérateurs et le cadre de vie à d’énormes risques.

La sécurité de l’opérateur

Toute personne impliquée dans les différentes opérations liées à l’utilisation des pesticides est exposée à ces produits à travers différentes voies et selon des degrés variables.

- Voie cutanée

D’une manière générale, l’exposition par voie cutanée est très importante lors de la préparation de bouillie avec la manipulation de produits concentrés. Les parties les plus exposées sont les mains et les bras, les parties du corps en contact avec le pulvérisateur, la poussière, le brouillard de pulvérisation et l’embrun sur les yeux.

- Voie respiratoire

Les poussières provenant des formulations solides et les gouttelettes ayant un diamètre inférieur à 10micromètre (brouillard) peuvent pénétrer facilement dans les voies respiratoires par inhalation. Le risque est accru lors des mélanges des produits concentrés surtout les poudres et les fumigants, de la manipulation des pesticides dans des endroits mal aérés et de la pulvérisation sans se soucier de la direction du vent.

Des pulvérisateurs à dos, le risque de contamination par le pesticide est plus grand vu que l’appareil tout comme les éléments de pulvérisation sont proches de l’opérateur.

Rôle des formulations

Liquide :
- risque d’éclaboussure
- Risque d’intoxication
- Nettoyer les emballages trop encombrants

Solide :
- Risque de dispersion liée à des emballages
- Poussière toxique

Tablettes :

- absence de poussière toxique

- Manipulateur doit être averti car risque de surdosage

Granulés :

- moins volumineux

- Bonne fluidité

- Presque pas de poussière toxique lors de la manipulation

Les équipements de protections

- Habillement

- Gants

- Tablier

- Visière

- Masque

- Botte en caoutchouc

- Chapeau

Système d’information sur la sécurité.

 


Forum des Peuples 2008 - Koulikoro, Mali.
Coalitions des Alternatives Dette et Développement (CAD-Mali)

Contact : contact ATr forumdespeuples.org