Tous ensemble pour construire un monde juste et solidaire ! Contre-sommet Africain au G8 - 8ieme édition
 

Revue de Presse

Sommet 2010 du G8 : Pas de Forum des Peuples, mais des manifestations populaires

Le Forum des Peuples qui a lieu chaque année depuis 2002, en contre-sommet à celui du G8, n’aura pas lieu cette année dans sa forme classique. En lieu et place, la Coalition des alternatives africaines dette et développement (CAD-Mali) a décidé d’organiser des manifestations populaires pendant la durée du Sommet 2010 du G8, pour rester dans la symbolique du Forum des Peuples. En prélude à ces manifestations populaires, le 22 juin 2010, les responsables de la CAD-Mali ont animé une conférence de presse.

« Après les fora de Siby I en 2002, Siby II en 2003, Kita en 2004, Fana en 2005, Gao en 2006, Sikasso en 2007, Koulikoro en 2008 et Bandiagara en 2009, le nouveau Secrétariat national élu le 25 mai 2010 en Assemblée générale ordinaire, lors de sa réunion extraordinaire du 29 mai 2010, élargie à la Direction exécutive, a décidé de ne pas organiser en 2010 le Forum des Peuples sous sa forme classique, en raison des facteurs de temps limité, de moyens matériels et financiers et de mobilisation des compétences humaines, mais aussi dans le souci d’articuler l’évènement Forum des Peuples aux processus d’évaluation en cours soutenu par Diakonia et de la tenue du Forum social mondial à Dakar au Sénégal en 2011 ».

C’est en ces termes que Sékou Diarra, nouveau Président de la CAD-Mali, a expliqué la non tenue du Forum des Peuples en 2010. Mais, en lieu et place de cette manifestation dont la nécessité ne fait l’ombre d’aucun doute, Sékou Diarra a annoncé que sa structure a décidé de l’organisation de manifestations populaires. Selon lui, l’objectif assigné à ces manifestations populaires est de marquer la symbolique du Forum des Peuples à travers une réaction en contre point au Sommet 2010 du G8 qui se tient au Canada au mois de juin 2010.

« Les manifestations populaires que nous allons organiser les 27 et 28 juin 2010 visent à proposer des alternatives populaires aux décideurs nationaux, sous régionaux et internationaux sur leurs responsabilités en faveur des réponses néolibérales qu’ils donnent aux préoccupations de nos populations à travers le pouvoir de l’argent et de prédation de la richesse d’autrui », a-t-il indiqué. Avant de donner la parole à Souleymane Dembélé, secrétaire à la mobilisation et Président de la Commission d’organisation des manifestations populaires, pour lever le voile sur les activités au programme.

« Trois grandes activités sont prévues dans le cadre des manifestations populaires », a-t-il déclaré. Le 27 juin 2010, deux conférences débats seront organisées simultanément à la Bourse du Travail, sur les thèmes de « La crise de l’école malienne : quelles alternatives » et « L’échec des privatisations : comment construire et mettre en œuvre des alternatives populaires ». Le même jour, à partir de 16 heures, la CAD-Mali en partenariat avec la Coordination nationale des organisations paysannes, l’Union des associations et coordination d’associations pour la défense des droits des démunis (UACADDDD) et plusieurs autres organisations de la société civile, prévoit l’organisation d’un meeting populaire sur le terrain « Chaba » de Lafiabougou.

Le meeting portera sur le thème « L’accaparement des terres au Mali : facteurs d’appauvrissement et d’asservissement des masses rurales et urbaines ». Le clou des manifestations populaires organisées par la CAD-Mali pour dénoncer le sommet du G8 sera la remise d’une pétition et l’Appel des Mouvements sociaux au Premier ministre Modibo Sidibé, le 28 juin 2010.

Assane Koné

Le Républicain, 24/06/2010


Sommet du G8/G20 : La Coalition des alternatives Africaines projette une marche

En prélude à la manifestation populaire que CAD Mali (Coalition des alternatives dette et développement) organisera, les 27 et 28 juin, en contre point au sommet du G8/G20, la nouvelle Direction exécutive a animé une conférence de presse, le mardi 22 juin, à son siège. Le président de CAD Mali, Sékou Diarra était assisté de Souleymane Dembélé et de Mme Aïssata Bambera.

Cette décision, explique Sékou Diarra, a été prise par le nouveau secrétariat national élu le 25 mai dernier, lors de sa réunion extraordinaire du 29 mai, élargie à la Direction exécutive.

Selon lui, la décision de ne pas organiser, en 2010, le Forum des peuples sous sa forme classique, a été prise pour plusieurs raisons : délais très court, manque de moyens matériels et financiers, difficulté pour la mobilisation des compétences humaines... Autre raison, le souci d’articuler l’évènement Forum des peuples au processus d’évaluation et de la tenue du Forum Social mondial prévu en 2011 à Dakar.

Pour cette édition, la manifestation populaire sera marquée par l’animation de deux conférences débats autour de la crise de l’école malienne et l’échec des privatisations. On enregistrera aussi la tenue d’un meeting populaire sur le thème l’accaparement des terres au Mali : facteurs d’appauvrissement et d’asservissement des masses rurales et urbaines. Le clou étant la remise des pétitions au Premier ministre.

Rappelons que la coalition des alternatives africaines Dette et développement (CAD Mali) est un mouvement social d’alternatives populaires de statut malien agréé par le gouvernement du Mali en 2001. Il regroupe environ quatre vingt dix membres. Il s’agit des organisations paysannes de femmes, de jeunes, de handicapés, de tradithérapeutes, d’opérateurs économiques locaux, d’ONG, de syndicats, de confessions religieuses musulmanes et chrétiennes, des personnes engagées pour la cause des peuples.

Aujourd’hui, CAD Mali dans sa dimension politique d’appui aux luttes sociales, offre des espaces démocratiques aux citoyens et citoyennes qui veulent exprimer leur opinion (semaine d’éducation populaire, conférence populaire paysanne, marché des peuples), lutte en faveur des lois et politiques locales, nationales et internationales qui protègent les intérêts publics, offre des services d’expertises crédibles de professionnels et de chercheurs sur les politiques économique, sociales et environnementales, dans les domaines du plaidoyer/lobbying, dialogue politique, de l’analyse et l’influence des politiques de développement, notamment la question de la dette, la souveraineté alimentaire, les OGM, les Accords de Coopération (Accord de Cotonou, le Nepad, etc.), le Commerce inéquitable, etc.

La CAD Mali est présent à l’intérieur du Mali à travers ses 8 antennes de relais dans les régions de Kayes, Sikasso, Koulikoro, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal.

Pierre Fo’o Medjo

22 Septembre, 24/06/2010

 


Manif populaire, symbolique du Forum des Peuples 2010 - Bamako, Mali.
Coalitions des Alternatives Dette et Développement (CAD-Mali)

Contact : contact ATr forumdespeuples.org