Le Forum des Peuples, en contrepoint au Sommet Afrique France aura lieu les 07 et 08 Janvier 2017 à Ouéléssebougou dans la région de Koulikoro

Allocution du Président de la CAD-Mali à l’ouverture du 11ème Forum des Peuples

Monsieur le Représentant du Gouverneur de la Région de Koulikoro ;
Monsieur le Préfet du Cercle de Kangaba ;
Monsieur le Sous-Préfet de Siby ;
Monsieur le Président de l’Assemblée Régionale de Koulikoro ;
Monsieur le Président du Conseil de Cercle de Kangaba ;
Monsieur le Maire de la Commune Rurale de Siby ;
Messieurs et Mesdames les membres du Forum Social Africain et du Forum Social Mondial ;
Mesdames et Messieurs les distingués représentants des pays ici présents,
Monsieur le Président de l’Antenne Régionale de la Coalition des Alternatives Africaines Dettes et Développement de Koulikoro ;
Mesdames et Messieurs les chefs de Services ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires au Développement ;
Messieurs les représentants des notabilités et dignitaires des cultes,
Mesdames et Messieurs de la presse ;
Mesdames et Messieurs chers Invités, en vos rangs, grades et qualités ;
Mesdames et Messieurs ;

Au nom de la Coalition des Alternatives Africaines Dette et Développement (CAD-Mali) et des mouvements sociaux partie prenante du Forum des peuples, c’est un honneur pour moi de vous souhaiter la bienvenue à la 11ème édition du Forum des Peuples Siby 2015, que nous organisons en marge de la 21ème Conférence des parties de la Conférence–Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 21) qui se tient à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Comme Mouvement social d’alternatives populaires panafricaines, nous organisons depuis 2002 le Forum des Peuples, un espace ouvert, démocratique et populaire en opposition à l’espace fermé, répressif et anti démocratique du G8 et du G20. Le Forum des Peuples est partie prenante du Forum Social Africain et du Forum Social Mondial.
Une des légitimités du Forum des peuples est sa tenue en milieu rural depuis 2002 sur des questions d’atteinte du droit à la vie et vivre ensemble.
Mesdames et Messieurs ;

Si en 2002 et 2003 dans le village de Siby nous avons évoqué la misère paysanne, exode massive et leur transformation en des sans terres, en des ouvriers agricoles ; en 2004 à Kita et 2005 à Fana, nous avons présenté respectivement des alternatives à la logique prédatrice de privatisation de la Régie de chemin de fer et de la Compagnie malienne des textiles (CMDT) ; en 2006 à Gao, le Forum des peuples en plus de la revendication des droits humains, a levé la voie sur les questions sécuritaire et base arrière militaire au Nord.

À Kouikoro, en 2007, les revendications du droit humain de l’Eau et de l’Assainissement ainsi que la protection et la sauvegarde du Fleuve Niger, notre patrimoine commun, ont eu des échos politiques, la ville de Sikasso et le Plateau Dogon ont accueilli respectivement en 2008 et 2009 le rassemblement des peuples indignés. Comme forces de propositions, les alternatives sur les questions de souveraineté alimentaires, agro-écologie et économie politique des agricultures paysannes, résolutions des conflits ruraux, adduction d’eau de la ville de Bandiagara,

Mesdames et Messieurs ;

Chers participants ;

Distingués invités ;

En 2010, face à la mutation du G8 en G20 et à l’incapacité des puissants de ce monde à Séoul de stabiliser le système financier international ; d’enrayer les changements climatiques et l’exploitions des inégalités sociales ; de définir quel monde post-pétrole ? ; de comment nourrir la planète ; comment apporter les réponses politiques aux défis globaux dans un monde multipolaire ? nous avons organisé une journée de manifestation populaire le 27 juin sur le terrain « Shaba Sangaré » à Lafiabougou, en Commune 4 de Bamako, en lieu et place du Forum des peuples. Une pétition contre l’accaparement des terres et une déclaration contre ont été adressées aux pouvoirs publics du Mali.

En 2011 à Niono, la revalorisation du métier de paysans et l’amélioration de façon continue de la qualité de vie en milieu rural ; et l’obligation de lever notre voix citoyenne contre le phénomène injuste d’accaparement des terres Africaines par des investisseurs étrangers au mépris des couches rurales et du bien être du continent , ont aussi été parmi les arguments du choix de l’ Office du Niger.
Chères participantes, chers participants en vos rangs, grades et qualités ;
Au moment où le Mali, à l’instar du monde entier est confronté à la crise sécuritaire qu’il n’a jamais connu durant ces dernières décennies et en dépit de cette instabilité qui perdure, nous avons décidé de nous retrouver à Siby une nouvelle fois, à la source pour débattre des changements climatiques, fléau qui menace notre existence si nous ne changeons pas de politiques, stratégies et de comportements. Aussi plaider pour une paix durable au Mali, en Afrique et dans le Monde.
Des débats et échanges en Symposium, conférences populaires paysannes, conférences plénières, ateliers et les propositions alternatives qui prendront en compte les préoccupations fondamentales de nos peuples seront consignées dans une déclaration soumisse aux autorités publiques du Mali et publiée par la presse.
Mesdames et Messieurs ;
Permettez-moi de remercier tous les participants à cette 11ème édition du Forum des Peuples, les autorités politiques, administratives, religieuses, traditionnelles de Siby, l’ensemble des partenaires techniques et financiers sans lesquels cette organisation n’aurait peut-être pu se réaliser sans oublier l’implication particulière du Gouvernement à travers certains Ministères.

Mesdames et Messieurs ;

Permettez-moi de finir cette allocution en adressant à toutes les victimes de la barbarie terroriste à travers le monde et particulièrement à toutes les victimes quotidiennes au Mali, la profonde tristesse des mouvements sociaux, de prier pour le repos de l’âme des disparus et souhaiter prompt rétablissement aux blessés.
Je vous remercie.

Siby, le 06 décembre 2015
Le Président de la CAD-Mali
Issa KAMISSOKO