Le Forum des Peuples, en contrepoint au Sommet Afrique France aura lieu les 07 et 08 Janvier 2017 à Ouéléssebougou dans la région de Koulikoro

L’emploi des jeunes et la protection de l’environnement « cas de l’orpaillage »

L’emploi des jeunes et la protection de l’environnement « cas de l’orpaillage »

Le monde au 21ème siècle a deux caractéristiques essentielles qui tendent à ne faire qu’une, ce sont :
1°) l’exaspération du phénomène de la rareté des ressources ;
2°) et l’augmentation de la population mondiale, la population jeune notamment.
Ces deux phénomènes sont autant de contraintes qui pèsent sur celui là qui est connu sous le développement durable. Le concept de développement durable, rassemble les trois écoles que sont l’économique, l’écologique et le sociologique. Autant de domaine pour recruter les ressortissants de nos écoles, pour plancher sur cette question si importante du que va-t-on laissé aux maliens de demain.

Qu’est ce que le développement durable
Déjà la décomposition du nom composé de développement et de durable nous indique qu’il s’agit d’un développement qui dure dans le temps, un développement qui ne comporte pas ses propres limites. Au fait qu’entend-on développement ? Existe-t-il un développement pérenne dans le respect de l’environnement notamment, dans cet environnement de ressources rares ? En fait, sommes-nous tous à la recherche d’un développement personnel pérenne ? Quelle place pour les jeunes, qui représentent simplement le demain de chaque peuple ?
Ce qui caractérise le domaine de l’environnement c’est qu’il n’est pas suffisamment intégré dans la vie nationale et qu’il est fortement évolutif dans ses concepts et dans ses pratiques. Sa spécificité peut être définie par trois mots clés : durabilité, approche systémique, partenariat.
Une des caractéristiques principales de l’environnement est son inscription dans le long terme, et dans la durabilité : les pas de temps de réponse et d’évolution des systèmes écologiques est souvent de l’ordre de la décennie, le développement durable est intergénérationnel. Dans une société à faibles revenus c’est souvent le court terme qui prime ; le maintien de priorités environnementales nécessite des efforts et un militantisme permanents.
Les jeunes au Mali, aujourd’hui, représentent près de 60% de la population. Sur cette masse de population malienne, seules 36% ont un emploi salarié (16% pour les moins de 24 ans) et à peine 13% ont entrepris et gèrent leur propre affaire avec beaucoup de difficultés d’ailleurs.

Parler de développement durable sans parler jeunesse est une faute que ne saurait commettre nos dirigeants.